Quoi de neuf ?
 
Notre Panier de légumes
 
Informations diverses
 
A propos de nous
 
Légumes & recettes
 
Elevage de chevaux
 
Contact
 
Mon panier (Login)
 

 

 
administration de vos informations
 

Newsletter du 10.03.2022

 
  Bonjour à tous

On continue à apprécier la météo plutôt sympa de ce qui ressemble de plus en plus à un début de printemps. Ceci dit, les températures nocturnes descendent encore presque systématiquement en dessous du zéro la nuit et la bise maintient des températures plutôt fraîches. Mais à l'abri du vent (soit sous les tunnels), ca pousse à vue d'oeil. -> Résultat : le Pak Choi a décidé de fleurir (mais, même un peu monté, il reste délicieux – la tige est en principe tendre). On l'a donc récolté un peu en urgence et sa saison sera terminée jeudi prochain au plus tard.
Mais si le Pak Choi fait des fleurs, le brocoli hivernant ne devrait pas tarder à en faire de même et prendre la suite de ce dernier d'ici 2 semaines environ.

L'espace vidé des cultures d'automne et d'hiver est en quelque sorte la page blanche du maraîcher – un champ de possibilités presque infinies. Que semer et planter ? sur quelle surface ? avec quelle densité ? Combien de graines commander ? Quelles variétés ? Quels seront les besoins de l'année ?
Entre les catalogues locaux et l'offre mondiale via internet, l'heure est aux choix et pour ceux-ci on va se laisser guider par quelques critères (là aussi choisis parmi d'autres).
- Il y a bien sûr le goût...et les couleurs – pas question de faire de compromis sur le premier - on aime bien en avoir une palette étendue du deuxième.
- La résistance aux maladies est bien sûr primordiale en bio,
- Semer des variété précoces et tardives en même temps permet d'étaler la période de récolte. Il faut donc un peu des deux.
- Sans être forcément déterminante, une bonne productivité reste tout de même importante
- On préfère opter pour des variétés traditionnelles plutôt que F1 (généralement brevetées). Mais je dois avouer que nous gardons une conscience un peu flexible à ce niveau.
- Au final, on opte en majorité pour des variétés déjà éprouvées les années précédentes... mais on craque aussi toujours pour quelques essais plus ou moins exotiques.

Quand à savoir si on a fait les bons choix, la suite de l'année nous le dira... ou pas.

Avoir le choix pour presque tout est certes un luxe, mais, je ne sais pas vous...c'est un luxe que je trouve parfois fatiguant et dont je prendrai bien quelques vacances. Rien que faire ses courses dans un supermarché peut déjà virer aux casse-tête entre nos envies et ce qui nous semble sain & écologiquement, socialement et éthiquement raisonnable,
Que cela devait être simple pour nos ancêtres chasseurs cueilleurs ! Pas de sélection sociale, de choix de carrière, ils mangeaient ce qu'ils pouvaient, dans les quantités disponibles, sans manipulation publicitaire, sans crainte de la critique de leur diététicienne, ni autre dilemme d'aucune sorte.
Et quel contraste avec notre mode de vie occidental où tout est opulence et abondance. Pas que l'alimentation, qui est devenue presque un point secondaire : Notre économie repose sur la consommation de données, d'énergie, de loisir, de santé et moult autres services et prestations.
Plus on va de « l'avant », plus les limites naturelles doivent être remplacées par des décisions « mûrement » (politiquement?) réfléchies, sous peine de nuire aux vies même que le progrès devait rendre plus confortable. Les normes et instances de contrôles sont nées ! Les divinités qui régissaient les aspects aléatoires de nos existences ont été reléguées au second plan. Sans limitation de la vitesse de nos véhicules, recours aux fertilisants et pesticides, émission de particules fines, intensité des champs électromagnétiques, ingrédients dans ce que l'industrie alimentaire veut nous servir, etc. etc... la cupidité des uns aurait probablement déjà généré l'enfer sur terre.

Mais les choix de notre société sont-ils les bons ? Un des problèmes avec un trop plein de choix à faire est qu'on ne sait souvent qu'après-coup si ceux qui ont été effectués étaient les bons. Les règles établies seront-elles suffisantes pour protéger non seulement notre génération des dangers de notre technologie, mais aussi les suivantes ?
...et quelles lois et normes fixerons nous à l'avenir sachant que nos scientifiques savent décoder et imprimer du matériel génétique. Quels seront nos choix face à une possible immortalité ?

..allez peut-être que je m'égare un peu ... il reste des courges à couper et des graines à commander.

En tout cas, pour votre prochain panier de légumes, nous avons choisi le contenu pour vous. Toutes considérations métaphysiques mises à part, il vous reste qu'à déterminer comment l'apprêter. En d'autres terme, le travail est prémâché – mais seulement au figuré bien sûr.<br><br>