Quoi de neuf ?

   > Cours plantes sauvages
   > Sondage
   > Newsletter
   > Offres d'emploi
 
 
Notre Panier de légumes
 
Légumes &co - Le shop
 
Légumes & recettes
 
Contact
 

 

 

Nos newsletter hebdomadaires


 

Newsletter du 2023-10-19

 
  Bonjour à tous (resp à ceux qui ne sont pas en vacances..)

Ca y est. La première gelée blanche a sonné le glas de certains légumes sensibles au froid et emporte avec elle les rêves d’un été sans fin.
Je dois dire que nous nous nous étions bien accoutumés à la douceur de l’automne et avons été quelque peu pris de court. C’est en mode accéléré que les courges rejoignent leurs quartiers d’hiver en espérant que ce coup de gel n’ait pas compromis leur capacité de conservation.

Mais avant le repos hivernal, il reste encore bien des choses à terminer : planter les bulbille d’oignon et l’ail pour le printemps prochain, finir de vider les tunnels (adieu les tomates gorgées de soleil, snif), les remplacer par du rampon (qui sera délicieux en accompagnement d’un plat de fêtes en plein coeur de l’hiver), du pak choi, des moutardes japonaises etc.

Après les courges, il faudra récolter les betteraves, raves, céleris, radis d’hiver et, tels les écureuils, constituer un gros stock pour faire face à l’hiver. Très franchement, si vous me demandez mon avis, je serais plus tentée par la solution des oiseaux migrateurs pour résoudre ce même problème… mais, à ce qu’il paraît ce n’est pas très écoresponsable (à moins de savoir voler de ses propres ailes et ceci dans un sens non figuré).

Quoi qu’il en soit, la composition des paniers continue sa métamorphose. Petit à petit les légumes racines reprennent une place dominante, remettant soupes et potages à l’honneur. La bonne nouvelle c’est que les légumes racine sont généralement plus riches en composés antibactériens (normal, vu que la racine devrait résister tout l’hiver en terre), antioxydants, sels minéraux, fibres alimentaires et bien d’autres composés qui vont soutenir naturellement votre système immunitaire durant la «mauvaise» saison. (Les caisses maladies devraient en subventionner la consommation, cela pourrait limiter les prochaines hausses - mais peut-être que …?)